Archives incarnées – Réflexions sur quelques pratiques archivistiques queers

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°17
Couverture

Cet article traite du militantisme queer et envisage une méthodologie queer de l’archive. Deux angles d’approches sont envisagés : l’archive comme virus et le corps en tant qu’archive. Cela permet d’analyser les différents usages militants de l’archive au sein des pratiques queers. On voit ainsi apparaître certaines spécificités : les fictions de l’archive, l’autogestion des fonds, l’actualisation des documents, la place centrale du corps et des pratiques corporelles. Les archives sont utilisées dans une optique politique : remettre en cause les biais hétéronormatifs du savoir et émettre une critique de la contemporanéité et ses systèmes de pouvoirs. En répercutant des voix militantes dans les silences de l’histoire, les archives queers permettent également de donner corps à la mémoire de ces luttes.

Mots-clés : Queer — Genre — Artivisme — Micropolitiques — Corps

 

This article questions queer activism and proposes a queer archive methodology. Two approaches are considered: the archive as a virus and the body as an archive. This allows the analysis of different uses of archives within queer activism. Some specificities will appear: the fictions of the archive, the self-management of archive collections, the central place of the body and its practices. Archives are used in a political perspective: to question the heteronormativity of knowledge and to criticize contemporaneity and the systems of power. By echoing activist voices in the silences of history, queer archives bring back the memory of these struggles.

Keywords: Queer — Gender — Artivism — Micropolitics — Body

Zoé ADAM
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2021 | F