La (dé)mythification de l’artiste colombien – Miguel Ángel Rojas et José Alejandro Restrepo

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°15
Couverture

Depuis quelques décennies, certains artistes colombiens cherchent à repenser ce que peut être aujourd’hui l’identité colombienne, et plus concrètement celle de l’artiste. Au-delà du stéréotype de ce qu’est le « Colombien » vu de l’extérieur, au-delà d’une histoire coloniale – et toutes ses problématiques – commune aux pays d’Amérique latine, ainsi que d’une histoire récente plus particulière connue pour son extrême violence, nous pouvons affirmer que l’identité colombienne est le résultat d’identités multiples, diverses et variées. Par ailleurs, il existe un dénominateur commun qui peut la définir car elle s’est construite durant ces deux derniers siècles à partir d’un concept : celui de « l’hybridité ».

Mots-clés : identité — Colombie — post-coloniale — hybridité

 

For some decades, certain Colombian artists have been trying to rethink the concept of the Colombian identity nowadays, more specifically, that of the Colombian artist. Beyond the stereotype of what being “Colombian” means, as seen from the outside, past its colonial history – and all its problems – common to Latin American countries, as well as a recent history, more particularly known for its extreme violence, we can say that the Colombian identity is the result of multiple, diverse and varied identities. Moreover, it could be defined by a common denominator as it was constructed over the last two centuries on the concept of “hybridity”.

Keywords: identity — Colombia — post-colonial — hybridity

Virginia de la CRUZ LICHET
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2019 | F