Répandre le doux nectar : désir de souillure et dissolution de la figure

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°5
Couverture

Depuis 1990, on constate que les scénarios des vidéos pornographiques sont réduits au minimum et que les pratiques sexuelles conduisent généralement au même dénouement : l’homme se retire juste avant de jouir pour se répandre sur le visage de sa partenaire. Le but ultime résiderait alors dans cette éjaculation faciale, dans ce désir de souillure qui tend vers une dissolution des traits de la figure, une souillure qui trouve encore son fondement dans un érotisme très bataillien, animant un désir entre le vil et l’idéal… Cette étude cherche à comprendre ces pratiques volontairement dégradantes en repérant les faux rituels que l’industrie du sexe met en scène pour déjouer la valeur sacrée du sperme. Nous observerons ainsi la pratique japonaise du bukkake, mais également l’influence de ces images pornographiques dans l’art contemporain à travers la production de Philippe Meste.

Mots-clés : masturbation — sperme — faciale — bukkake — Meste

 

Since 1990, we can observe that pornographic videos’ scripts are reduced to a minimum, and that the sexual activities generally bring to the same conclusion : the man withdraws himself right before ejaculating on his partner’s face. The finality would reside in this facial ejaculation, this desire to soil which tends to the dissolution of the figure’s features, a soiling that finds itself rooted in a very Bataille-ian eroticism, animating a desire between vile and ideal… This study aims at comprehending these delibaretely degrading practices by spotting the fake rituals directed by the sex industry. We will observe for instance the japanese custom of the bukkake, but also these pornographic images’ influence on contemporary art, through the work of Philippe Meste.

Keywords : masturbation — sperm — facial — bukkake — Meste

Céline CADAUREILLE
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2016 | F